Emission 622 La place et l’importance des labels, notamment indépendants, dans la musique de l’after-Punk: Factory et Mute - L'histoire du label Factory nous éclaire sur un autre type de fonctionnement de cette nouvelle industrie. Tout tourne dès le départ autour de deux noms: Tony Wilson et Joy Division. Mute est une maison de disques anglaise créée en 1978, à Londres, par Daniel Miller. Ce découvreur de talents a su bâtir une entreprise bienveillante d'un point de vue musical et humain. Bertrand Burgalat dira de Daniel Miller: « qu'il n'aime pas vraiment la musique, si l'on entend par là les mélodies ou la qualité des compositions. Ce qu'il aime, c'est le son, ou plutôt, le travail sur le son ».
La Playlist:
Joy Division (She’s Lost Control) - Cabaret Voltaire (Baader Meinhof) - OMD (Electricity) - Joy Division (Love Will Tear Us Apart) - A Certain Ratio - (Wild Party ) - the Durutti Column (All That Love And Maths Can Do) - New Order (Blue Monday) - Happy Mondays (Moving In With - Hallelujah) - Quando Quango (Atom Rock (New Rock Remix)) - Swamp Children (You’ve Got Me Beat) - The Stockholm Monsters (Happy Ever After) - ABCDEDarians (Smiling Monarchs) - Crispy Ambulance (Deaf) - the Names (Calcutta) -The Normal (Warm Leatherette - T.V.O.D) - Silicons Teens (Let’s Dance) - Fad Gadget (Back to the Nature ) - Depeche Mode (Just Can't Get Enough - People Are People) - Yazoo (Don’t Go) - Erasure (Oh L’amour) - Nick Cave & the Bad Seeds (In the Ghetto) – (J) - Barry Adamson (Jazz Devil) - Jon Spencer Blues Explosion (Green Olga) – Diamanda Galas (L'Heautontimioroumenos) – (Renegade Sounwave (Probably A Robbery) - Liars (Cred Woes)
Bonne Ecoute...

Bibliographie :
le nouveau Dictionnaire du Rock, Michka Assayas, Robert Laffont, 2014

 

RSS - itunes

Ajouter un commentaire